Optimisation de portefeuilles

Il existe de nombreuses méthodologies pour déterminer une allocation optimale de portefeuilles. Dans ce document, nous analysons les méthodes les plus courantes et nous les comparons avec une approche basée sur l’appétence au risque. Nous proposons également un exemple pratique incluant un back test
(document en anglais, 3 pages)

Thérapie des portefeuilles individuels

Le contexte économique et les pressions réglementaires ont mis en lumière la nécessité d’établir un profil de risque pour chaque investisseur. Plutôt que d’être perçu comme un centre de coût, le profilage devrait être vu comme une précieuse source d’information sur l’horizon temporel, l’aversion au risque et la perception de celui-ci par l’investisseur.
(document en anglais, 10 pages)

Une mesure de risque dérivée de la Théorie moderne du portefeuille

Markowitz définit le risque comme la variance du rendement d’un portefeuille. Depuis sa publication en 1952, de nombreuses études ont montré que les moments d’ordre supérieur de la distribution des rendements sont pertinents pour toute décision d’allocation d’actifs. Dans ce document, nous proposons une mesure de risque dérivée de la Théorie Moderne du Portefeuille qui prend explicitement en compte la perception du risque par l’investisseur.
(document en anglais, 12 pages)

Indicateur synthétique de risque et de performance

Dans le cadre de la réglementation UCITS IV, le SRRI (Indicateur synthétique de risque et de performance) informe les investisseurs non professionnels sur le risque d’un OPCVM. Mais cet indicateur ne remplace pas un système de profilage rigoureux. Nous démontrons que l’analyse du profil d’un investisseur est un complément indispensable au SRRI pour fournir un conseil en investissement de qualité.
(document en anglais, 9 pages)

Repenser la gestion de portefeuille

Les crises financières récentes ont mis en lumière l’impact des turbulences de marché sur l’évolution et l’intensité du risque. Il est nécessaire de repenser la gestion de portefeuille en cohérence avec l’appétence au risque des investisseurs, et leur aversion aux pertes. Nous proposons un nouveau paradigme qui permet au gestionnaire de définir un objectif rendement-risque à long terme comprenant des limites de risque strictes, couplées à une grande flexibilité dans les allocations d’actifs.
(document en anglais, 11 pages)